publicité
Actualités Chrono

Infos PMU

publicité

Actualités PMU

Quinté du lundi 20/11 : Une de plus pour Bakchich ?

Après les fastes du week-end, nous restons sur la cendrée de Vincennes ce lundi 20 novembre avec le Prix de Montignac-Charente disputé à 13h47 dans la 2ème épreuve du programme. Une belle course européenne réservée à des chevaux d’âge qui en découdront sur les 2700 mètres de la grande piste. Parmi les 18 concurrents au départ, Bakchich semble bien armé pour remporter un quatrième événement dans le temple du trot.

Les tuyaux des pros

Retrouver l'interview du professionnel du jour

Matthieu Abrivard
Ecoutez-le ! 
Mots clés : Trot - Trot Attelé - Après - Groupe 3 - Quinté - France

Barrio Josselyn, la maestria «JMB» !

Cette douzième étape du Grand National du Trot Paris-Turf (Attelé – Groupe III – 90.000 euros – 3000 mètres) servait de support aux paris à la carte et semblait, avant le coup, promise à Classic Way. Le pensionnaire de Philippe Billard a déçu son entourage et ses nombreux preneurs, en coinçant dans la phase finale. La victoire est revenue à Barrio Josselyn, le pensionnaire de «JMB».

Déjà très joué le matin, Classic Way (n°5 - E. Raffin) a vu sa cote encore fondre peu avant le départ, finissant ainsi à 2,1/1. Pourtant, il n'a été que l'ombre de lui-même, sombrant complètement après avoir animé les débats. C'est l'un des derniers assaillants, Barrio Josselyn (n°8 - Jean-Michel Bazire) qui est venu dicter sa loi. Venu prendre la tête assez rapidement, il s'est retrouvé, par le jeu des relais, sur une troisième ligne à la corde, laissant alors plusieurs concurrents batailler ferme pour prendre la direction des opérations. Dans une course menée sans concession, Jean-Michel Bazire a su laisser son partenaire souffler au bon moment avant de porter l'estocade dans la phase finale pour aller quérir un succès très plaisant. Du grand art, signé l'artiste «JMB». Un Jean-Michel Bazire, très content de son coup : « A un tour de l'arrivée, je suis resté patient car ça allait très vite. J'ai voulu lui laisser une chance. Dans le dernier tournant, il était prêt à bondir et, dans la ligne droite, il ne touchait pas terre ! Je l'ai toujours bien aimé et notre patience est récompensée. »

Patiemment drivée, Vulcania de Godrel (n°13 - Franck Nivard) est venue en progression au bout de la ligne opposée avant de tracer une ligne droite de toute beauté pour s'emparer d'une probante deuxième place. Une performance de premier plan, d'autant qu'elle a signé une superbe réduction kilométrique, à savoir 1'13''3.
Le leader du GNT, Tiger Danover (n°16 - M. Abrivard) a encore laissé son cœur sur la piste, en se montrant très accrocheur jusqu'au poteau pour venir arracher le second accessit. Sa belle ligne droite a encore donné du baume au cœur à son entourage, qui consolide ainsi sa première place au classement général. Première place qu'il sera difficile de lui enlever, car il réalise aujourd'hui la belle opération du jour ! Toujours vu en bon rang, Clarck Sotho (n°3 - A. Barrier) a longtemps fait illusion pour un meilleur classement puis s'est montré courageux jusqu'au poteau pour prendre la quatrième place à Cathy A Quira (n°2 - J.-Ph. Monclin), animatrice de la première heure avant d'être toujours vue en bon rang. Quid alors du grandissime favori, Classic Way ? Son driver, Eric Raffin a voulu jouer au plus fort, en attaquant sans cesse et en voulant reprendre constamment la tête au fil des relais. Mal lui en a pris car il a complètement craqué au début de la ligne droite.

La note : Uppercut de Manche (7e à 66/1) : Malgré un handicap initial de 50 mètres, il a tracé un sacré parcours. Venu très vite dans l'ultime virage en quatrième épaisseur, il a fait illusion pour les accessits, avant de coincer un peu sur la fin. Mais sa performance est excellente avec, à la clé, un chrono de 1'12''9 ! Il peut en gagner une «belle» cet hiver !

La déception : Classic Way (Np à 21/10) : Bien parti, puis vite en tête, a été sans cesse attaqué tout le parcours, devant laisser passer plusieurs concurrents qui voulaient prendre le contrôle des opérations. Mais, à chaque fois, Eric Raffin a voulu reprendre les commandes. Une tactique qui ne s'est pas avérée payante puisqu'il a totalement rendu les armes au début de la ligne droite.

La rédaction, 08/11/2017 14:40:00 CET
Voir les partants
LETURF.fr
> Paris hippiques
Les réunions
> Du jour
> D'hier
> De demain
Mon espace
> Tableau de bord
Inscription
> S'inscrire
> S'abonner
Trouver votre journal
> trouverlapresse.com
Nouveau jeu
> Découvrez le Groupé Gagnant